L'urgence de lever le nez du guidon

Vous lisez ce texte certainement parce qu’un jour vous avez eu envie de vous connaitre davantage, de comprendre ce qui motivait votre façon d’être et d’agir…et vous êtes tombés sur l’Ennéagramme. 

 

Quelle chance ! l’Ennéagramme est assurément une aide précieuse pour faire ce travail. Pour ma part, si j’ai enseigné l’Ennéagramme ces dix dernières années, c’est justement parce qu’il y a dix ans, cet outil m’a catapultée hors de mon petit Moi qui me barrait l’horizon. La route s’est ainsi soudain ouverte grande, large…et belle !

 

Parfois, je dis aussi que l’Ennéagramme m’a donné le coup sur la tête dont j’avais besoin pour me sortir de ma torpeur et me réveiller pour de bon. Un coup qui ne fait ni bleu, ni bosse, mais qui fait ouvrir grand les yeux sur le réel.

 

Depuis, l’eau a coulé sous les ponts et, pas après pas, j’ai avancé : à un rythme de tortue, certes, mais avec le recul, chaque pas sur ce chemin a ajouté de la vie à ma vie. Ainsi, plus j’avance, plus j’ai l’impression de devenir vivante. 

 

Une fois que l’on a goûté à cette qualité de vie-là, il est vrai que l’Ennéagramme peut passer en arrière-plan. Comme la béquille du vélo qu’il faut un jour enlever, il faut aussi ranger l’Ennéagramme dans un coin de sa pensée. Et c’est très bien comme ça, car quand on en a besoin, il n’est jamais très loin.

 

J'aime cette autre image très parlante : l’Ennéagramme c’est une pioche, une pelle, l’outil le plus adapté pour creuser vers la source. Une fois que la source est atteinte, et bien c'est simple, on boit…Ensuite, c’est un peu comme si l’eau de cette source, toujours bouillonnante, creusait elle-même dès qu’on se tourne vers elle : la pelle ne fait plus qu'accompagner le mouvement.

 

Cela me conduit à souligner que si on a l'impression de devoir creuser toujours et qu’on ne trouve pas la source, alors c’est qu’il y a un problème : on ne creuse pas dans la bonne direction ! Ou alors c'est la pelle qu'on tient à l’envers. Mais bon, c’est un autre débat !

 

Passons maintenant aux choses sérieuses. J'écris ce blog parce que j’ai à coeur de vous rappeler que ce travail de connaissance de soi que vous avez entrepris est plus que jamais important en cette période difficile. 

 

En ce mois de novembre, il faut absolument lever le nez pour chercher "la lumière" du jour. Et puis, quand le jour tombe, si on ne veut pas avancer à tâtons, et se cogner, et jurer, et dire ou faire n’importe quoi…il faut encore lever le nez pour délibérément trouver une autre source qui nous éclaire.

 

La connaissance de soi, cela nous mène à la conscience de soi, et la conscience, c’est de la lumière…Une lumière qui en elle-même est faite pour ne jamais s’éteindre, même en plein mois de novembre, même avec un confinement et tout le tintouin.

 

La conscience de soi nous rappelle qu'il faut toujours lever le nez du guidon. C’est de là que vient notre dignité…et aussi notre espérance. Car lever le nez du guidon ça veut dire regarder devant, plus loin, plus haut, et en ce moment c’est le seul moyen de s’élever au-dessus de tous les C qui enferment...Covid, Crise, Catastrophe, Chômage, C…

 

Chacun a ses astuces pour lever le nez du guidon en ce moment : la beauté, l’humour, la poésie, la contemplation, prier, écrire, aimer…La souffrance, aussi ! Ce n'est pas vraiment une astuce, mais quand elle est là, elle est efficace pour nous pousser à penser autrement.

 

La conscience de soi, c'est aussi la clé pour tendre vers la posture idéale. Et pour moi, la posture idéale, ça ressemblerait à ça :

 

"les pieds sur terre, les mains sur le guidon, la tête dans le cœur,

et le cœur tourné vers le Royaume… "

 

Vous allez me dire que c’est une quadrature du cercle difficile à atteindre ? Sans doute. Mais cela ne nous empêche pas de commencer par le commencement en faisant sien ce mot d’ordre : Tout, sauf le nez dans le guidon !

 

Moi aussi, il me faut lever le nez et voir plus loin. En attendant de reprendre un jour des week-ends de formation, où on peut se rencontrer en chair et en os et non masqués, l’idée me vient de vous proposer un temps informel de questions-réponses dans le cadre d'un café virtuel, que j’ai envie d’appeler le «Café du Pélerin »…L'idée de ce café est de faire une pause sur le chemin, et de s'entraider à lever le nez.

 

Et en attendant, si le coeur vous en dit, une quinzaine d'articles postés depuis mars vous attendent sur ce blog. Ci-dessous, je cite les incontournables. Pour moi, pas de doute, c'est quand je lève le nez que je peux écrire... et faire un autre petit pas.

 

CONNAISSANCE DE SOI ET ENNÉAGRAMME

30/06  On récapitule : La Grande Boucle en six étapes ! Lire 

24/03  Ennéagramme et Coronavirus ??? Lire


EXPLORATION DES 9 TERRITOIRES

29/04  Un paysage intérieur de 5, avec Benoit XVI  Lire

25/03 L'Ennéagramme d'Etty Hillesum : feuille de route  Lire


CONNAISSANCE DE SOI ET SPIRITUALITÉ 

09/11  Aimer…ou plutôt arrêter de ne pas aimer  Lire

22/06  Les coulisses du pardon Lire

20/03  Typer quelqu’un, à quoi ça sert ? Cela ne sert à rien Lire 

Écrire commentaire

Commentaires: 0